Nos étoiles contraires – John Green

etoilescontrairesHazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Dans le groupe de soutien fréquenté par d’autres jeunes malades, elle rencontre Augustus, un garçon en rémission. L’attirance est immédiate, mais elle a peur de s’engager dans une relation dont le temps est compté.

Le premier qualificatif qui me vient en tête quand je pense à ce livre, c’est « lumineux ». Maintenant que je me suis aperçue que ce terme est écrit sur la page couverture du livre grâce à un critique du Entertainment Weekly, difficile pour moi de savoir si ça vient de moi ou si je suis juste vraiment d’accord avec eux. :)

J’avais tellement entendu parler de ce livre, et du film qui en a été tiré, que je dois avouer que j’avais quelques appréhensions. Quand un livre est trop encensé, je me méfie. Pas parce que je me dis que ça ne doit pas être si bon, mais parce que je ne veux pas avoir trop d’attentes et être déçue. Je n’ai pas été déçue. On s’attache très rapidement à Hazel Grace et à Augustus. J’ai aimé leur vivacité d’esprit, leur humour noir face à leur maladie et surtout leur espoir et l’innocence de leur amour. L’analogie que Hazel fait entre elle et une grenade est une image très forte qui m’a beaucoup marquée.

C’est la première fois que je lisais cet auteur et ce ne sera sans doute pas la dernière puisque j’ai bien aimé son écriture simple et directe. Pas de mots inutiles, de fioritures de style qui ne servent pas le propos. Une belle découverte.

Publicités

La croix de feu – Partie 2 – Diana Gabaldon

croixdefeu2Dans cette seconde partie, les rebondissements sont nombreux. L’ignoble Bonnet court toujours; le colonel Fraser s’engage dans la bataille d’Alamance; Brianna tremble pour son mari, Roger; et l’automne de 1771 à Fraser’s Ridge oblige Claire à déployer toutes les ressources de sa science pour tenter de sauver ceux qu’elle aime.

Me voilà un peu réconciliée avec la série. Tout comme la première partie, j’ai trouvé le livre un peu plus long que nécessaire. Toute la partie sur la recherche de l’ours blanc était, à mon avis, inutile, même si elle faisait des liens avec les tomes précédents. Aussi, je ne sais pas si c’est la traduction qui est faite ainsi, mais les premiers chapitres, lors du mariage, il y avait énormément de répétitions. A-t-on vraiment besoin de nous dire qu’à cause du manque d’intimité, ils n’ont pas pu batifoler depuis une semaine? En l’espace de deux pages, cela a été mentionné trois fois. Malgré tout, j’ai renoué avec le plaisir que j’avais eu à côtoyer Jamie, Claire, Brianna et Roger. On sent enfin que quelque chose d’important se prépare et les enjeux commencent réellement à se dessiner.

J’ai envie de connaître la suite, mais le fait que les prochains tomes soient aussi imposants que ceux de la Croix de feu me fait un peu peur. J’ai peur que la sauce ait été étirée. Je vais sûrement m’y attaquer bientôt, mais en attendant, après avoir passé sept mois sur ces livres, je vais diversifier un peu mes lectures.

Tome 5 – Partie 1 – La Croix de feu

La croix de feu – Partie 1 – Diana Gabaldon

croixdefeuDans ce cinquième volet, nous retrouvons Claire et son mari, Jamie, en 1770, en Caroline du Nord. La guerre de l’Indépendance américaine est sur le point d’éclater et un grand événement se prépare chez les Fraser: le mariage de la fille de Claire, Brianna, ainsi que celui de la tante de Jamie, Jocasta.

Mais cette cérémonie de noces multiples est abruptement interrompue lorsque Jamie reçoit l’ordre de constituer, au nom de Sa Majesté, une force armée prête à intervenir en cas d’urgence.

Pièges, drames, catastrophes, rien n’est épargné au couple Fraser, ni aux membres du clan. Mais la croix de feu, symbole des Highlanders en guerre, continue de briller dans tous les cœurs.

Je ne me souviens même plus quand j’ai commencé cette série, mais ça fait longtemps. Je me rappelle que, la première fois, j’avais aussi bloqué à ce tome, incapable de continuer, j’avais arrêté en me disant que j’y reviendrais un jour. Ce jour est arrivé quand j’ai su que la série télévisée Outlander allait sortir. Comme ça faisait quand même 3-4 ans que j’avais arrêté de lire les livres, j’ai recommencé du début. En 1 mois, j’ai passé au travers des quatre premiers tomes. Un mois avant d’accoucher, j’ai commencé la première partie du cinquième tome et j’ai encore bloqué… Je l’ai enfin terminé cette semaine, sept mois après l’avoir commencé. Il ne se passe absolument rien! Ils passent près de 800 pages à préparer quelque chose qui n’a finalement pas lieu. Les intrigues sont minces comparées aux autres tomes et j’ai eu l’impression qu’il s’était passé une semaine entre la première et la dernière page. Je sais qu’il met probablement la table pour la deuxième partie, mais je ne sais même pas si j’ai envie de continuer, la deuxième partie étant encore plus longue! Je n’ai pas peur des briques, mais il faut que l’intérêt soit là. Comme je n’ai présentement rien d’autre sous la main, je vais la commencer, mais je n’y passerai certainement pas sept mois!

En ce qui concerne la série télévision, je suis plutôt satisfaite de l’adaptation. Je n’imaginais pas Jamie ainsi et mon anglais a parfois du mal à suivre à cause des accents, mais j’aime beaucoup tout de même.

Treize raisons – Jay Asher

Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails.

Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

La prémisse de ce livre est intéressante. À la suite du suicide d’une collègue de classe, Clay reçoit des cassettes enregistrées sur lesquelles il a la surprise d’entendre Hannah, qui raconte ce qui, et ceux qui, l’a amené au suicide. Ça sonne un peu morbide dit comme ça, mais c’est amené de façon intéressante. On suit Clay qui écoute les cassettes afin de comprendre son implication dans tout ça. Au fil des histoires d’Hannah, on comprend que ce n’est pas un gros événement qui a tout chamboulé, mais bien plusieurs petits, qui, additionnés, lui semblaient trop lourds à supporter.

Par contre, à la longue, j’ai trouvé que Hannah se déresponsabilisait un peu de sa décision, même si elle finit par admettre qu’elle aurait pu changer certaines choses. Je ne dis pas qu’elle n’avait pas raison de trouver difficile ce qu’elle a vécu, certains événements en particulier, mais la façon dont c’est amené dans le livre, j’ai eu l’impression qu’elle se portait en victime, avant de vivre quoi que ce soit. C’est difficile à expliquer.

Ça demeure tout de même un très bon livre à faire lire aux jeunes afin de leur faire réaliser les impacts que peuvent avoir leurs gestes et même, une seule parole.

Chroniques d’une croqueuse – Catherine Townsend

Les hommes qui accumulent les conquêtes? Des Don Juan! Mais qu’en est-il des femmes qui s’autorisent elles aussi à collectionner les aventures, en attendant de tomber sur le bon? Avec Chroniques d’une croqueuse, Catherine Townsend, la chroniqueuse Sexe du journal anglais The Independent, nous livre le savoureux carnet de bord d’une jeune femme moderne et décomplexée (elle!) et passe en revue les pratiques sexuelles de notre époque, tout en tentant de cerner les nouvelles règles de la séduction… Catherine teste tout, et ne nous cache rien. Sa passion pour la lingerie, comment elle a pris du Viagra, ses soirées de speed dating, ses coups de foudre et déconvenues amoureuses, ses nuits d’ivresse et sa passion pour les sex-toys… Mais être une femme libérée, c’est pas si facile!

D’abord, lire dans le métro un livre dont la couverture est couverte de bonshommes de plastique illustrant des positions sexuelles, ça peut être gênant! J’ai surpris à de nombreuses reprises des regards insistants sur la couverture du livre que je lisais. Ceci étant dit, comme je n’ai jamais vu ou lu Sex and the city, je ne peux pas vous dire si la comparaison tient la route. L’auteure ne nous raconte rien de moins que ses aventures qui sont, on peut le dire, très nombreuses et très diversifiées. Malgré qu’elle dise régulièrement qu’elle est assumée, on sent quand même un désir de vouloir justifier son mode de vie, somme toute particulier. On n’apprend rien dans ce livre et, au fond, je n’ai pas vu l’intérêt de lire la description tout en détail de la vie sexuelle de quelqu’un. Je l’ai tout de même terminé, allez savoir pourquoi.

Secrets – Scott Westerfeld

Après la série culte Uglies, ce guide indispensable de Scott Westerfeld vous dévoilera, entre autres : tous les secrets des Pretties, des Specials, des Extras et de leurs bandes; tous les accessoires ultrasophistiqués de Tally et de ses amis; ainsi que l’histoire de leur monde et de l’étrange maladie du pétrole qui ravagea l’humanité.

Ce livre me confirme une chose : la série Uglies ne m’a pas marquée autant que je l’aurais cru. Même si je l’ai bien aimée, j’ai rapidement compris que l’histoire était déjà très floue dans ma tête. Ce livre est en fait le guide de l’univers de la série. On apprend comment l’auteur a développé ses personnes, où il a puisé son inspiration et il répond à des questions que lui posent fréquemment ses lecteurs. En soi, ce livre est très intéressant, peut-être même plus que la série elle-même. J’aime découvrir l’envers du « décor », la partie création est fascinante à mon sens. J’aimerais bien que plus d’auteurs écrivent de tels livres sur leur univers.

Tome I : Uglies
Tome II : Pretties
Tome III : Specials
Tome IV : Extras

Révélations de la sœur (pas si) laide de Cendrillon – Claire Pyatt

« Vous connaissez tous l’histoire : ma soeur Cendrillon a rencontré le Prince charmant, puis il y a eu la pantoufle de verre, la session de photos, et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Ce que les histoires ne racontent pas, ce sont tous les incidents qui se sont produits et tous les efforts que les personnages secondaires tels que moi ont dû faire pour vous donner une fin aussi heureuse. J’ai tout noté dans mon journal. Lisez-le vite! » Mildred xxx. Un livre plein d’humour, des révélations croustillantes, le plaisir de retrouver les personnages de son enfance dans un roman.

C’est encore un plaisir d’aller voir l’envers du décor des contes de fées. Ici, on rencontre Mildred, une des fameuses demi-sœurs de Cendrillon. L’histoire se déroule juste après le départ de Cendrillon pour le château, mais avant son mariage. Au fil des pages de son journal intime, on découvre que Mildred n’est pas si méchante, ni si laide, qu’on pourrait le penser. C’est avec plaisir qu’on la voit découvrir le bonheur de l’amitié et, pourquoi pas, de l’amour. Bien que légèrement moins drôle que Confessions du (pas si) grand méchant loup, il n’en demeure pas moins que c’est une belle histoire. J’espère que l’auteure continuera à nous montrer l’envers des contes de fées. On pourrait ainsi découvrir pourquoi Boucle d’Or est aussi vile!