P.-S. I love you – Cecelia Ahern

Quand on trouve l’âme sœur, on croit que le bonheur durera toujours. C’est ce que pensait Holly jusqu’à ce que son Gerry ne meure d’une terrible maladie. À trente ans, Holly se retrouve seule, démunie, sans espoir. Mais Gerry lui réserve une ultime surprise. Il lui a laissé dix lettres qui forment une « liste » de choses à accomplir pour réapprendre à vivre. Par-delà la mort, Gerry lui adresse un message d’amour et de courage : elle doit apprendre à être heureuse sans lui, malgré le lien fort qui les unissait. Holly va affronter sa douleur pour réaliser, entre rires et larmes, que la vie vaut malgré tout la peine d’être vécue. Une comédie romantique, drôle et poignante, qui dépeint la vie telle qu’elle est : belle et triste à la fois.

J’avais trouvé le film bien, mais sans plus. Surtout en grande partie à cause d’Hilary Swank qui ne collait pas du tout, à mon avis, à un rôle de fille en peine d’amour perpétuelle. Par contre, j’ai dévoré le livre. On est face à deux histoires complètement différentes. On voit que beaucoup de libertés ont été prises lorsque le film a été créé. On s’attache beaucoup plus facilement et rapidement à Holly. On sourit, on rit, on est triste avec elle. Le livre se lit d’un trait, sans arrêt. La fin est tout de même imprévisible, dans la mesure que peut l’être la fin d’un roman de ce genre. Ceux, celles, je devrais dire, qui ont aimé le film, devrait adorer le livre, tout comme celles qui ont l’habitude d’aimer ce genre d’histoire, mais que le film a laissées froides.

Publicités

P.-S. I love you – Cecelia Ahern

Quand on trouve l’âme sœur, on croit que le bonheur durera toujours. C’est ce que pensait Holly jusqu’à ce que son Gerry ne meure d’une terrible maladie. À trente ans, Holly se retrouve seule, démunie, sans espoir. Mais Gerry lui réserve une ultime surprise. Il lui a laissé dix lettres qui forment une « liste » de choses à accomplir pour réapprendre à vivre. Par-delà la mort, Gerry lui adresse un message d’amour et de courage : elle doit apprendre à être heureuse sans lui, malgré le lien fort qui les unissait. Holly va affronter sa douleur pour réaliser, entre rires et larmes, que la vie vaut malgré tout la peine d’être vécue. Une comédie romantique, drôle et poignante, qui dépeint la vie telle qu’elle est : belle et triste à la fois.

J’avais trouvé le film bien, mais sans plus. Surtout en grande partie à cause d’Hilary Swank qui ne collait pas du tout, à mon avis, à un rôle de fille en peine d’amour perpétuelle. Par contre, j’ai dévoré le livre. On est face à deux histoires complètement différentes. On voit que beaucoup de libertés ont été prises lorsque le film a été créé. On s’attache beaucoup plus facilement et rapidement à Holly. On sourit, on rit, on est triste avec elle. Le livre se lit d’un trait, sans arrêt. La fin est tout de même imprévisible, dans la mesure que peut l’être la fin d’un roman de ce genre. Ceux, celles, je devrais dire, qui ont aimé le film, devrait adorer le livre, tout comme celles qui ont l’habitude d’aimer ce genre d’histoire, mais que le film a laissées froides.